Trait d’Union dans les médias

Interview sur France Bleu Azur : présentation de Trait d’Union St Léonard

Lundi 09 octobre 2017


 Église des Alpes-Maritimes – n° 47 – septembre 2017

 

 


France Bleu Côte d’Azur : la maison d’arrêt de Nice à l’heure de la chaleur estivale et l’importance du logement pour la réinsertion des détenus …

 

émission diffusée le 20/07/2017

interview de S. , hébergée par Trait d’Union St léonard

 

Marion Chantreau


 


NICE-MATIN du 26 06 2017

Convention avec l’Évêché de Nice : mise à disposition d’un 2e logement pour Trait d’Union St Léonard

 


« Solidarités », une émission de RCF Côte d’Azur

https://rcf.fr/actualite/social/solidarites

 

Francis Bonnet de l’association Trait d’Union – Saint Léonard

Mardi 7 février 2017

Présentée par Annick Fiaschi-Dubois   

 

présentation de l’association :

 

Pour écouter l’émission, cliquer sur le lien suivant :

1ère partie

https://rcf.fr/actualite/social/francis-bonnet-de-lassociation-trait-dunion-saint-leonard#

 

2ème partie

https://rcf.fr/actualite/social/francis-bonnet-de-lassociation-trait-dunion-saint-leonard-2eme-partie

 

Témoignage des deux jeunes femmes accueillies par l’association

 

3ème partie :

https://rcf.fr/actualite/social/trait-dunion-st-leonard

 

 


Article du 23/06/2016 dans Nice Matin :

cliquez sur le lien ci-dessous

TRAITDUNION Nice matin

 

Nice. Fara(1), 20 ans, sort fièrement les clefs. Pousse la porte. Chez elle.  C’est un petit studio à l’Est de Nice. Des fenêtres sans barreaux. Ouvertes. L’horizon sans miradors. La vie sans matons. La lumière après des mois à l’ombre. C’est chez elle, chez elle, chez elle. Elle se le répète. Pour ne pas oublier. Fara fait la visite du studio où elle est hébergée depuis sa sortie de prison. Une kitchenette, blanche, proprette. Un canapé-lit, une petite télé. Pas de tableaux, pas de photos mais un bouquet de fleurs posé sur une commode de récup’. Après une enfance chaotique, mère défaillante, père absent, Fara a plongé. «Bagarres, vols, cannabis». À 17 ans elle a pris trois mois ferme. Elle est entrée aux Baumettes, gamine un peu larguée, borderline et condamnée. Et est sortie, de la prison de Marseille, femme décidée à raccrocher et à éviter les impasses et les mauvaises passes. «J’étais au quartier des mineurs, le jour de mes 18 ans, ils m’ont monté au quartier femmes. J’avais pas d’argent pour cantiner, pas de visites, pas d’espoir». Et puis elle a repris une bouffée de liberté. Le premier jour du reste de sa vie. Une vie qu’elle aimerait écrire avec des mots, sans maux. Mais très vite, après sa sortie, Fara, mise à la porte par sa mère, se retrouve à la rue. Seule. Sur un fil. Alerté par la détresse de la jeune femme qui a fait une tentative de suicide, Francis Bonnet, le conseiller pénitentiaire d’Insertion et de Probation qui la suit a sorti sa casquette
de président de l’association «Trait d’Union Saint-Léonard» . Une association créée en 2010, sous l’impulsion du frère Jean-Marie Zanga, l’aumônier de la maison d’arrêt de Nice, qui se bat notamment pour trouver un logement aux sortants de prison, pour donner leurs murs à ceux qui ont passé des mois ou des années entre quatre murs. «Une sortie de prison, c’est très déstabilisant,
c’est plein d’inconnu souvent. Ces hommes, ces femmes ont vraiment besoin d’un lieu pour se reconstruire, un lieu à partir duquel se relancer dans la vie, un point d’ancrage », explique le prêtre.
«Il y a des détenus qui sortent et qui  sont attendus par leur famille. Et, puis, il y en a qui ne sont attendus par personne, des laissés pour compte qui n’ont nulle part où aller. Des détenus font du chemin en prison. C’est souvent fragile… S’ils se retrouvent à la rue ensuite, c’est toute cette évolution qui est mise en péril. La rue c’est le lieu de tous les pièges…», poursuit l’aumônier de la maison d’arrêt. «30 à 40 % des sortants de prison n’ont pas de point de chute. », estime  Francis Bonnet. «À Nice, où il y a une crise du logement, c’est particulièrement compliqué. Il y a urgence : avoir un hébergement est la condition  première pour la réinsertion». Une offre insuffisante À ce jour, l’association ne gère qu’un seul et unique studio, propriété de la société Saint-Vincent de Paul. Depuis, la naissance de Trait d’Union Saint-Léonard, huit personnes y ont trouvé refuge: «Un jeune qui depuis sa sortie vivotait dans une grotte du  parc Carol de Roumanie, les enfants d’une femme qui était incarcérée et qui n’avaient que la rue, une ancienne détenue…» Et puis Fara. Elle a poussé la porte en janvier. Elle sait que « c’est un toit temporaire »: le studio est mis à disposition via des contrats de trois mois, renouvelables, et pour un an maximum. Mais c’est tout ce qu’elle a. Et elle sait que «c’est énorme. Cette adresse à mettre mon CV, une aide pour trouver du boulot. D’autres n’ont pas cette chance: j’étais incarcérée avec une Niçoise qui avait un bébé et qui ne savait pas où aller après…»
Pour le trésorier de l’association, Jean-Paul Santinelli, trop restent sur le carreau. Le réseau associatif catholique fait ce qu’il peut. Le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP) des Alpes-Maritimes a aussi une dizaine de logements. Mais «c’est très limité, insuffisant ». Il lance un «appel à toutes bonnes volontés: on a besoin de dons, de bénévoles et pourquoi pas de propriétaires privés et de collectivités qui signeraient des conventions de partenariat avec l’association.» «Ce genre d’action lutte contre la récidive, défend le frère Zanga. Ce n’est pas parce qu’on s’intéresse aux personnes qui sortent de prison qu’on n’oublie les victimes. Il y a des personnes dans des situations difficiles mais qui ont le désir de faire un pas…»

LAURE BRUYAS
lbruyas@nicematin. fr

1. Le prénom a été modifié.
Rens : Association Trait d’Union Saint-Léonard,
2, rue de l’hôtel de Ville.
Tel: 06.50.85.60.22 traitdunion-saintleonard.org
contact@traitdunion.saintleonard.org

L’association «Trait d’Union Saint-Léonard» met un studio à disposition des anciens détenus.
Un abri à la sortie de prison pour se reconstruire et éviter la récidive
L’association Trait d’Union Saint-Léonard, qui n’a – pour l’instant – qu’un seul studio pour héberger les anciens détenus. L’aumônier
de la maison d’arrêt Jean-Marie Zanga, le président Francis Bonnet et le trésorier Jean-Paul Santinelli lancent un appel aux bonnes
volontés. (Photos Jean-Sébastien Gino-Antomarchi et DR)
Un toit après la taule

 


 

Le dernier numéro de juin 2016 de la revue Église des Alpes-Maritimes consacre sa page sur les œuvres de miséricorde à notre association :

TENDRE LA MAIN AUX SORTANTS DE PRISON

 

EAM-33.indd

Eglise des Alpes-Maritimes p2 001

Eglise des Alpes-Maritimes p1 001



 

Émission Grand Format sur RCF Nice Côte d’Azur

diffusée le jeudi 28 avril 2016

RCF Radio

A Nice, Trait d’Union Saint Léonard favorise l’hébergement et la réinsertion des sortants de prison

Présentée par Denis Jaubert

L’association Trait d’Union-Saint Léonard œuvre à Nice depuis 2010 pour favoriser l’hébergement et la réinsertion des personnes sortant de prison, pour les aider à retrouver leur autonomie.

« Favoriser l’hébergement et la réinsertion des personnes sortant de prison, pour les aider à retrouver leur autonomie ». Tel est le but de l’association Trait d’Union Saint Léonard qui œuvre à Nice depuis 2010. Pour en parler nous accueillons Francis Bonnet, son président depuis mars 2016, Jean-Paul Santinelli, trésorier, et le frère Jean-Marie Zanga, responsable de l’aumônerie catholique de la maison d’arrêt de Nice.

 Pour réécouter l’émission, cliquer sur le lien :

https://rcf.fr/actualite/nice-trait-dunion-saint-leonard-favorise-lhebergement-et-la-reinsertion-des-sortants-de-pr  

Les commentaires sont clos.