Saint Léonard de Noblat

Saint Léonard, solitaire en Limousin, patron des prisonniers. Seconde moitié du VIe siècle. Mort le 6 novembre 559.

Papes : Saint Symmaque ; Pélage II. Rois des Francs : Clovis Ier ; Sigebert Ier.

 » Les dons de Dieu ne s’achètent pas à prix d’argent ; c’est la foi qui les mérite, et le Seigneur les distribue aux fidèles suivant la mesure de leur foi. »
Saint Léonard.

 » Baiser de paix  » représentant saint Léonard. Filippo de Sulmone.

Italie. XVIe. Le Baiser de paix est un objet de culte que l’on baise lors des solennités liées au saint qu’il représente et par l’intercession duquel on a quelque faveur ou action de grâce à présenter à Notre Père des Cieux.

Léonard veut dire odeur du peuple, de Leos, peuple, et nardus, nard, herbe odoriférante, parce que l’odeur d’une bonne renommée attirait le peuple à lui. Léonard peut encore venir de Legens ardua, qui choisit les lieux escarpés, ou bien il vient de Lion. Or, le lion possède quatre qualités :

1. La force qui, selon Isidore, réside dans sa poitrine et dans sa tète. De même, saint Léonard posséda la force dans son coeur, en mettant un frein aux mauvaises pensées, et dans la tête, par la contemplation infatigable des choses d’en haut ;
2. Il possède la sagacité en deux circonstances, savoir en dormant les yeux ouverts et en effaçant les traces de ses pieds quand il s’enfuit. De même, Léonard veilla par l’action du travail ; en veillant, il dormit dans le repos de la contemplation, et il détruisit en lui les traces de toute affection mondaine ;
3. Il possède une grande puissance dans sa voix, au moyen de laquelle il ressuscite au bout de trois jours son lionceau qui vient mort-né, et son rugissement fait arrêter court toutes les bêtes. De même, Léonard ressuscita une infinité de personnes mortes dans le péché, et il fixa dans la pratique des bonnes oeuvres beaucoup de morts qui vivaient en bêtes ;
4. Il est craintif au fond du coeur, car, d’après Isidore, il craint le bruit des roues et le feu. De même, Léonard posséda la crainte qui lui fit éviter le bruit des tracas du monde, c’est pour cela qu’il s’enfuit au désert ; il craignit le feu de la cupidité terrestre : voilà pourquoi il méprisa tous les trésors qu’on lui offrit. (Bréviaire de Limoges).

Léonard vécut, dit-on, vers l’an 500. Il naquit dans la province des Gaules au temps de l’empereur Anastase (491-518), de nobles francs, alliés du roi Clovis qui,  » d’après des témoignages véridiques « , voulut bien être le parrain de l’enfant. Ce fut saint Remi, archevêque de Reims, qui le tint sur les fonts sacrés du baptême et, qui l’instruisit dans la science du salut.

Saint Léonard devant Clovis. Vies de saints. Richard de Montbaston. XIVe.

 

Devenu grand, Léonard refusa de servir dans l’armée royale comme tous ses parents, mais voulut suivre saint Remi, évêque de Reims.

Saint Remi avait obtenu des rois que, chaque fois qu’ils viendraient à Reims ou qu’ils y passeraient, tous les prisonniers seraient aussitôt libérés. Léonard pour imiter cette charité demanda que tous les prisonniers qu’il visiterait soient aussitôt libérés : le roi accorda cette faveur dont le saint usa largement.

Or, comme la renommée de sa sainteté allait toujours croissant, le roi le fit rester longtemps auprès de lui, jusqu’à ce qu’il se présentât une occasion favorable de lui donner un évêché. Léonard le refusa, car, préférant la solitude, il quitta tout et vint avec son frère Liphard à Orléans où ils se livrèrent à la prédication.

 

Saint Léonard et saint Jacques. Domenico del Mazziere. Florence. XVe.

 

Après avoir passé quelque temps dans un monastère, Liphard ayant voulu rester solitaire sur les rives de la Loire, et Léonard, d’après l’inspiration du Saint-Esprit, se disposant à prêcher dans l’Aquitaine, ils se séparèrent après s’être embrassés mutuellement. Léonard prêcha donc en beaucoup d’endroits, fit un grand nombre de miracles et se fixa dans une forêt voisine de la ville de Limoges, où se trouvait un château royal bâti à cause de la chasse.

Or, il arriva qu’un jour le roi étant venu y chasser, la reine, qui l’avait accompagné pour son amusement, fut saisie par les douleurs de l’enfantement et se trouva en péril. Pendant que le roi et sa suite étaient en pleurs à raison du danger qui menaçait la reine, Léonard passa à travers la forêt et entendit leurs gémissements.
Emu de pitié, il alla au palais où on l’introduisit auprès du roi qui l’avait appelé. Celui-ci lui ayant demandé qui il était, Léonard lui répondit qu’il avait été disciple de saint Remi. Le roi conçut alors bon espoir et pensant qu’il avait été élevé par un bon maître, il le conduisit auprès de la, reine en le priant de lui obtenir par ses prières deux sujets de joie, savoir : la délivrance de son épouse et la naissance de l’enfant.

Léonard fit donc une prière et obtint à l’instant ce qu’il demandait. Or, comme le roi lui offrait beaucoup d’or et d’argent, il s’empressa de refuser et conseilla au prince de distribuer ces richesses aux pauvres :

 » Pour moi, lui dit-il, je n’en ai aucun besoin, je ne désire qu’une chose : c’est de vivre dans quelque forêt, en méprisant les richesses de ce monde, et en ne servant que Notre Seigneur Jésus-Christ. »
Et comme le roi voulait lui donner toute la forêt, Léonard lui dit :
 » Je ne l’accepte pas tout entière, mais je vous prie seulement de me concéder la portion dont je pourrai, la nuit, faire le tour avec mon âne. »
Ce à quoi le roi consentit bien volontiers.

Enseigne de pélerinage. Saint Léonard. XIVe.

 

Léonard construisit un oratoire en l’honneur de Notre-Dame et y dédia un autel en mémoire de saint Remi. Il se rendait souvent au tombeau de saint Martial.

On y éleva ensuite un monastère où Léonard vécut longtemps dans la pratique d’une abstinence sévère, avec deux personnes qu’il s’adjoignit.

Or, comme on ne pouvait se procurer de l’eau qu’à une demie-lieue de distance, il fit percer un puits sec dans son monastère et il le remplit d’eau par ses prières. Il appela ce lieu Nobiliac parce qu’il lui avait été donné par un noble roi. Il s’y rendit illustre par de si grands miracles que tout prisonnier, invoquant son nom, était délivré de ses chaînes et s’en allait libre, sans que personne n’osât s’y opposer ; il venait ensuite présenter à Léonard les chaînes ou les entraves dont il avait été chargé. Plusieurs de ces prisonniers restaient avec lui et servaient le Seigneur. Sept familles de ses parents, nobles comme lui, vendirent tout ce qu’elles possédaient pour le joindre : il distribua à chacune une portion de la forêt et leur exemple attira beaucoup d’autres personnes.

 

Notre Dame et son divin Fils entourée de saint Léonard à sa droite et de saint Pierre à sa gauche. Maître de Madeleine. Italie. XIIIe.

 

Enfin, le saint homme Léonard, tout éclatant de nombreuses vertus, trépassa au Seigneur le 8 des Ides de novembre. Comme il s’opérait beaucoup de miracles au lieu où il reposait, il fut révélé aux clercs de faire construire une autre église ailleurs, parce que celle qu’ils avaient là leur était trop petite à raison de la multitude des pèlerins, puis d’y transférer avec honneur le corps de saint Léonard.

Quand les clercs et le peuple eurent passé trois jours dans le jeûne et la prière, ils virent tout le pays couvert de neige, mais ils remarquèrent que le lieu où voulait reposer saint Léonard en était entièrement dépourvu. Ce fut donc là qu’il fut transporté. L’immense quantité de différentes chaînes de fer suspendues devant son tombeau témoigne combien de miracles le Seigneur opèra par son intercession, surtout à l’égard de ceux qui sont incarcérés.

Saint Léonard. Vies de saints. Maître de Fauvel. XIVe.

 

Le vicomte de Limoges, pour effrayer les malfaiteurs, avait fait forger une chaîne énorme qu’il avait commandé de fixer au pied de sa tour. Quiconque avait cette chaîne au cou restait exposé à toutes les intempéries de l’air, c’était donc endurer mille morts à la fois.
Or, il arriva qu’un serviteur de saint Léonard fut attaché à cette chaîne, sans l’avoir mérité. Il allait rendre le dernier soupir, quand il se recommanda, le mieux qu’il put et de tout coeur, à saint Léonard, en le priant, puisqu’il délivrait les autres, de venir aussi au secours de son serviteur.
A l’instant saint Léonard lui apparut, revêtu d’un habit blanc, et lui dit :
 » Ne crains point, car tu ne mourras pas. Lève-toi et porte cette chaîne avec toi à mon église. Suis-moi, je te précéderai. »
Cet homme se leva, prit la chaîne et suivit jusqu’à son église saint Léonard qui marchait en avant. Au moment où il arrivait vis-à-vis la porte, le bienheureux prit congé de lui. Le serviteur entra donc dans l’église et raconta à tout le monde le service que saint Léonard lui avait rendu, et il suspendit devant le tombeau cette chaîne énorme.Un habitant de Nobiliac, qui était fort fidèle à saint Léonard, fut pris par un tyran, qui se dit en lui-même :
 » Ce Léonard délivre tous ceux qui sont enchaînés et toute espèce de fer, quelle qu’en soit la force, fond en sa présence comme la cire devant le feu. Si donc je fais enchaîner cet homme, aussitôt Léonard viendra le délivrer ; mais si je pouvais le garder, j’en tirerais mille sous pour sa rançon. Je sais ce que j’ai à faire. Je ferai creuser au fond de ma tour une fosse profonde et j’y plongerai cet homme après l’avoir chargé d’entraves. Ensuite sur l’orifice de la fosse, je ferai construire une geôle de bois où veilleront des soldats en armes. Bien que Léonard brise le fer, cependant il n’est pas encore entré sous terre. »
Ce tyran exécuta tout ce qu’il s’était proposé, et comme le prisonnier se recommandait à chaque instant à saint Léonard, le bienheureux vint la nuit et retournant la geôle où se trouvaient les soldats, il les y renferma dessous comme des morts dans un sépulcre. Ensuite étant entré dans la fosse, environné d’une grande lumière, il prit son fidèle serviteur par la main et lui dit :
 » Dors-tu, ou veilles-tu ? Voici Léonard que tu désires voir. »
Alors cet homme s’écria plein d’admiration :
 » Seigneur, aidez-moi. »
Aussitôt le saint brisa les chaînes, prit le prisonnier dans ses bras et le porta hors de la tour. Ensuite, s’entretenant avec lui, comme un ami le fait avec son ami, il le conduisit jusqu’à Nobiliac et même jusqu’à sa maison.

Saint Léonard. Détail. Antonio Allegri (Le Corrège). XVIe.

 

Un pèlerin qui revenait d’une visite à saint Léonard, fut pris en Auvergne et renfermé dans une cave. Il conjurait ses geôliers de le relâcher, par amour pour saint Léonard, car jamais il ne les avait offensés en rien. Ils répondirent que s’il ne donnait une somme importante pour sa rançon, il ne sortirait pas.

 » Eh bien, dit le pèlerin, que l’affaire se vide entre vous et saint Léonard auquel vous saurez que je me suis recommandé. »
Or, la nuit suivante, saint Léonard apparut au maître du château et lui commanda de laisser partir son pèlerin. Le matin à son réveil, cet homme n’estimant pas la vision qu’il avait eue plus qu’il n’eût fait d’un songe, ne voulut pas lâcher son prisonnier. La nuit suivante, saint Léonard lui apparut encore, en lui réitérant les mêmes ordres ; mais il refusa de nouveau d’y obtempérer ; alors la troisième nuit, le saint prit le pèlerin et le conduisit hors de la place.

Un instant après, la tour s’écroula avec la moitié du château ; plusieurs personnes furent écrasées et le seigneur, qui n’eut que les deux jambes cassées, fut préservé afin qu’il pût survivre à sa confusion.

Un soldat, prisonnier en Bretagne, invoqua saint Léonard, qui apparut au milieu de la maison, entra dans la prison, et après avoir brisé les chaînes qu’il remit entre les mains de cet homme, l’emmena en lui faisant traverser la foule frappée à cette vue de stupeur et d’effroi.

 

Saint Etienne, saint Laurent et saint Léonard. Anonyme. Basilique San-Lorenzo. Florence. XVe.

A 22 kilomètres à l’est de Limoges, la petite ville de Saint-Léonard-de-Noblat a gardé l’aspect pittoresque que lui a donné au Moyen-Age sa grande prospérité. La vaste église, un des plus beaux monuments romans limousins, construite à la fin du XIe siècle et au XIIe, est flanquée au Nord par un splendide clocher à 5 étages et une curieuse chapelle du Saint-Sépulcre qui rappelle que saint Léonard fut souvent invoqué avec succès par les Croisés.

On regrette les malheureuses modifications dont cette église fut victime, surtout celles de 1603, qui défigurèrent le choeur. La prospérité a été apportée à la ville par les pèlerins qui, venant en foule au tombeau de saint Léonard, créèrent un important mouvement commercial.Selon certaines sources, l’église actuelle aurait été reconstruite sur l’emplacement d’une église du IXe siècle.Dans sa Chronique écrite vers 1028, Adhémar raconte que lorsque, vers 1017, fut découvert à Saint-Jean-d’Angély le chef de saint Jean-Baptiste, les clercs et les fidèles accoururent en foule pour le vénérer en apportant les reliques de leurs saints. On vit celles de saint Martial, de saint Cybard, de saint Léonard, confesseur en Limousin, de saint Antonin, martyr du Quercy, etc., qui accomplirent tous beaucoup de miracles.

Adhémar se contente de présenter saint Léonard comme  » confesseur limousin « , ce qui signifie que ses reliques reposaient dans ce diocèse, sans rien préjuger de son origine, puisque saint Antonin, qualifié de  » martyr du Quercy « , n’appartient à cette région que parce que ses reliques avaient été déposées à l’abbaye Saint-Antonin de Noble-Val, à la limite du Rouergue et du Quercy.

 

Collégiale Saint-Léonard. Saint-Léonard-de-Noblat. Limousin. France.

 

Exactement à l’époque où Adhémar écrivait sa Chronique, peu avant 1028, un clerc, nommé Hildegaire, fit de la part de l’évêque de Limoges, Jourdain de Laron, une requête assez inattendue à l’évêque de Chartres, Fulbert : il lui demandait de lui envoyer la Vie de saint Léonard, s’il pouvait la trouver. Les Limousins s’adressaient à Fulbert comme à un savant habile à découvrir les trésors des bibliothèques – de nos jours encore, on s’adresse à des chercheurs lointains pour connaître ses gloires locales. Pour ne pas commettre d’impair, Hildegaire avançait prudemment : on dit que ce saint repose dans notre diocèse.

Le renom de la sainteté de Léonard se répandit dans toute l’Aquitaine, la Grande-Bretagne et la Germanie. Dieu glorifiait son serviteur, de sorte que si quelque prisonnier invoquait son nom, ses chaînes se brisaient et nul ne pouvait l’empêcher de partir. Beaucoup venaient de tous pays lui apporter leurs chaînes et certains voulaient se fixer auprès de lui. Le saint leur donnait un lopin de terre pour qu’ils puissent vivre honnêtement de la culture et éviter de nouveaux vols qui les ramèneraient en prison. Il guérissait aussi les nombreux malades qui venaient à lui.A la fin du XIe siècle, la dévotion à saint Léonard se répandit très vite en France, sa fête fut célébrée à Limoges, dans les diocèses voisins, Bourges, Clermont, Le Puy, Rodez, Bordeaux, Saintes, Poitiers, dans l’Ouest à Angers et à Nantes, dans la région parisienne et en Normandie, d’où elle passa en Angleterre au moment de la conquête. La Flandre, l’Italie la reçurent également, mais sa popularité atteignit son maximum en Bavière, en Autriche et en Souabe.

 

.
http://i84.servimg.com/u/f84/11/64/82/51/chapel10.jpg
Chapelle Saint-Léonard. Guingamp. XIIe – XIIIe. Cette chapelle fut édifiée à Guingamp, au diocèse de Saint-Brieuc-Tréguier, par des croisés qui, revenant de Terre sainte, l’élevèrent en action de grâce et en reconnaissance à saint Léonard par l’intercession duquel ils avaient été délivrés des mahométans.

Un des grands dévots du saint fut d’ailleurs un Allemand, l’évêque Waléran de Naumbourg en Saxe (+ 1111), qui séjourna quelques années à Noblat, où les chanoines le reçurent fort bien ; il leur en garda une profonde reconnaissance, copia pour eux la Vie et les Miracles du saint, puis en donna une nouvelle édition légèrement remaniée, qu’il dédia à une noble dame nommée Gertrude, peut-être la marquise de ce nom, belle-mère de Lothaire, duc de Saxe.

Saint Léonard fut très populaire auprès des Croisés. Pris dans une embuscade en août 1100, le  » prince d’Antioche « , Bohémond, fut libéré seulement en 1103 ; l’année suivante, il partit pour l’Occident et passa à Saint-Léonard de Noblat, où il raconta à sa façon son aventure et sa délivrance qu’il attribuait au saint.Les miracles de saint Léonard sont surtout des libérations miraculeuses de prisonniers et son église est remplie de leurs ex-voto : ceps, doubles boucles. Par allusion à ces doubles boucles, les fabricants de boucles le choisirent comme patron, ainsi que les fruitiers, beurriers, fromagers et coquetiers qui, courant la campagne pour ramasser leurs denrées, risquaient en temps de troubles d’être pris par des voleurs.

 

Collégiale Saint-Léonard. Saint-Léonard-de-Noblat. Limousin. France.
 
LA COLLEGIALE SAINT-LEONARD A SAINT-LEONARD-DE-NOBLAT
 
Chef d’œuvre d’art roman limousin, cette Collégiale romane fut construite au XIe siècle sur l’emplacement du tombeau du Saint.

L’une des particularités de l’édifice réside dans son clocher-porche à  » gâbles « . C’est le plus bel exemple de clocher dit limousin. Il s’élève sur 3 étages principaux, puis sur 2 étages au plan octogonal, surmontés d’une flèche en pierre. Sa hauteur totale atteint 52 mètres. Il guidait les pèlerins faisant étape, et se rendant vers Saint-Jacques-de-Compostelle par la Voie limousine.

L’édifice est bâti sur le plan d’une croix latine. Son choeur est entouré de 7 chapelles rayonnantes percées de baies limousines. A la croisée du transept, une tour-lanterne éclaire l’intérieur. Une chapelle ronde, ou rotonde, accolée à la nef, sert de baptistère. Elle fut édifiée à la fin du XIe selon les souhaits d’un chevalier revenant de Croisade, et évoque le Saint Sépulcre de Jérusalem.

Le portail Ouest du XIIIe, est orné de mouluration limousine remarquable. La Collégiale conserve les reliques de Saint Léonard dans deux châsses en cuivre ornées d’émaux peints. Elles sont abritées dans une cage en fer forgé du XVe, au-dessus du maître-autel.

Dans le croisillon sud, se trouve dans un enfeu le tombeau de Saint Léonard. Il possède un couvercle de sarcophage de style mérovingien, en serpentine verte. Juste au-dessus, est suspendue au mur la célèbre chaîne, nommée  » Verrou  » (il figure d’ailleurs sur les armoiries de la ville de Saint-Léonard-de-Noblat). Elle enserrait la cheville et le cou des prisonniers. Le  » Verrou  » est lié à de très nombreux miracles obtenus par l’intercession de Léonard.

 

Tombeau de saint Léonard. On y voit la fameuse chaîne, attribut de notre Saint. Elle est appelée le  Verrou. Collégiale Saint-Léonard. Saint-Léonard-de-Noblat.
 

Cette chaîne en fer forgé reliant un collier cadenassé à une double entrave, accrochée au-dessus du tombeau du Saint, reste l’ultime ex-voto d’un culte et d’une dévotion très populaire et répandue en Europe. Saint Léonard a spécialement été invoqué en 1094, lors de l’épidémie du mal des Ardents qui a s’abbatit sur la région.

Saint Léonard est aussi imploré pour les problèmes de maladies et de stérilité féminine. La tradition dispose les femmes voulant se marier ou enfanter touchent le  » Verrou  » pour être exaucées.

Certes, la prière par l’intercession de saint Léonard libéra miraculeusement bien des captifs, retenu physiquement dans des prisons humaines, mais encore, elle libère efficacement le pécheur, retenu dans la prison de ses passions et de ses vices. On se recommandera avec ferveur à saint Léonard.

Les commentaires sont clos.