Nouvelles des personnes hébergées

Depuis la création de l’association en 2010 et la mise à disposition d’un studio par la Société St Vincent de Paul en 2012, d’un second logement par le diocèse de Nice en 2016 grâce à Mgr André Marceau et maintenant d’un troisième suite à l’accord conclu en 2019 avec la ville de Nice, c’est près d’une vingtaine de personnes sortant de prison ou suivies par le SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation) qui a pu bénéficier de notre prise en charge et être hébergée.

Actuellement, nous accueillons trois personnes :

– M. E … est toujours bld Grosso, il a retrouvé du travail; il a une perspective de logement mais il lui faut mettre assez d’argent de côté; son patron portugais pour lequel il a travaillé toute une année a fait faillite, il est reparti au Portugal et M. E … a visiblement renoncé à se faire payer;  celui-ci devrait encore rester dans le studio qui est bien tenu jusque fin août.
– Le studio rue de l’Ancien Sénat est occupé par M. B G … originaire de Géorgie. Ce monsieur est toujours en attente de régularisation de sa situation en France et de pouvoir pleinement accéder aux soins médicaux dont il a besoin (il se déplace très difficilement et souffre beaucoup). Il est plus particulièrement accompagné par fr. Jean et par Christiane. Il est très reconnaissant du soutien apporté sans lequel il serait complètement abandonné. Des colis alimentaires lui sont fournis par la Société Saint Vincent de Paul. Un accompagnement s’organise pour le mois d’août, avec notamment Christiane, Christian et Daniel.
–  Rue Gazan : une procédure d’expulsion est en cours, la personne occupant le studio ayant refusé de quitter les lieux au terme du contrat d’hébergement. Elle continue cependant de verser sa contribution habituelle. Rien ne semble trop bouger du côté des organismes qui le suivent, sauf que M. T … est toujours dans le dispositif « Abeille ».
Des nouvelles de M. P qui a été réincarcéré pour 4 mois en mars dernier pour avoir travaillé dans la rue où habite son ex-épouse (il est interdit de toute forme de contact avec elle) : il est sorti le 11 juillet. Les Clarisses l’accueillent pour trois semaines. Christian a accepté de le conduire chez elles à sa sortie. M. P … est un monsieur débrouillard et sympathique, avec lequel il est possible de dialoguer. Il devrait donc trouer assez rapidement une solution d’hébergement autonome.